L’Ong Journalists for Human Rights appellent les médias congolais pour des publications pacifiques lors des élections

IMG_43259970624262Au regard des tensions latentes qui minent le processus électoral en RDCongo, les observateurs pensent que les différents scrutins à venir dont les élections  présidentielles,  risquent de ne pas se tenir dans le délai prévisionnel du calendrier électoral de la Commission Nationale Indépendante (CENI). C’est dire que les élections prévues pour 2016 peuvent trainer les pas et pourront probablement se tenir en temps réel c-à-d au courant de 2017. Par conséquent, la presse est appelée à bien jouer son rôle dans la diffusion des informations impartiales en toute responsabilité, dans le souci de bannir les propos d’incitation aux troubles et à la haine qui pourraient causer le chaos dans le pays. C’est dans ce cadre que l’ONG canadienne Journalistes pour les Droits Humains (JDH), a réuni une trentaine du 29 février au 2 mars 2016 des journalistes de Kinshasa et  des différentes provinces de la RDCongo leur donner des pistes des solutions afin de ne pas attiser le feu avec des publications incendiaires avant, pendant et après les scrutins à venir. Le Forum national sur les contenus médiatiques pour un processus électoral crédible et apaisé en RD-Congo a été organisé avec l’appui de l’ambassade du Canada en RDCongo, durant trois jours au centre interdiocésain à Kinshasa dans la commune de la Gombe. Au terme de ces travaux, Rachel Pulfer, Directrice exécutif de Journalists for Human Rights s’est dit satisfaite de la participation active des participants et les a invité à fournir des efforts malgré un environnement de travail précaire pour faire des efforts dans le traitement  des informations en toute impartialité. De son côté, le Directeur national de JDN, Freddy Mata Matundu a remercié tous les intervenants pour leurs enseignements riches qu’ils ont fournis aux professionnels des médias sur les élections passées et les modalités pour la promotion d’un processus électoral crédible et apaisé. Dans son allocution, le président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel Congolais, Tito Ndombi  a invité l’ensemble des médias à s’approprier les différents instruments légaux sur la tenue des élections, la liberté de la presse et le droit à l’information ainsi que la directive du CSAC à l’endroit des médias durant le processus électoral. Ces assises ont été conduit des mains de maître par le Chef des travaux Obul O’kwess, qui a présenté dans une compilation quasi parfaite des divers sujets exposés partant de l’Etat des lieux du processus électoral en RDCongo, les obstacles rencontrés par les médias lors des élections de 2006 et 2011, l’analyse des contenus médiatiques électoraux, l’analyse de la couverture des élections par la majorité au pouvoir ainsi que le regard d’un journaliste sur le travail des médias RDCongolais lors des précédents scrutins. De leur côté, les professionnels des médias ont produit « la Déclaration de Kinshasa », document qui contient des recommandations  devant permettre tant aux journalistes qu’aux acteurs politiques et membres de la société civile de s’impliquer en toute responsabilité en vue  processus électoral sans heurts. Il faut noter que la Déclaration de Kinshasa a permis aux femmes et hommes des médias présents au forum de JDN de marquer leur adhésion au Code de bonne conduite à observer par les journalistes en période électorale, qui a été adopté le 8 mai 2015 à Douala au Cameroun lors de l’atelier sous-régional sur le rôle des médias dans la conduite et la promotion des processus électoraux pacifiques en Afrique centrale. Ils ont également adhéré à l’acte d’engagement des journalistes du sud-Kivu pour les élections apaisées en RDCongo, adopté le 21 octobre 2011 par l’organisation Journalistes pour la Promotion de la Démocratie  et des Droits Humains-JPDDH-. Répondant au vœu de pérenniser les acquis dudit forum, les participants ont mis en place une structure dénommée, club national des journalistes des droits humains-CNJDN-. En ce qui concerne les professionnels des médias, le document met l’accent sur la nécessité d’éviter, la corruption, le sensationnalisme et les reportages partisans ainsi que des excès dans les discours ou les récits médiatiques. Les participants refont en effet l’éloge de l’exactitude des faits, de l’équité et de l’équilibre dans le traitement de l’information, y compris en ce qui concerne la vulgarisation des programmes des candidats. En outre, les professionnels des médias s’engagent à promouvoir une élection libre et juste qui consiste avant tout à avoir une information adéquate sur les protagonistes et le processus électoral lui-même, afin que les électeurs puissent faire un choix informé.

Christiane Munoki Ekambo